SOY PANDAY

Du 17 mars au 20 mai 2012

Artiste et skater professionnel, Soy Panday occupe une place à part sur la scène française, alliant une « tête bien faite » (de solides études d’Economie), un charisme nonchalant épicé d’un humour qui ressemble plus à une philosophie de vie qu’à un simple trait de caractère.

Co-fondateur et directeur artistique de la marque française de skate Magenta, Soy Panday a une production artistique très spécifique et parallèle à celle qui fait l’identité de la marque. Un univers qui reste cependant peuplé d’animaux que l’on devine plus que de simples sujets, de portraits où se croisent bon nombre d’amis de l’artiste et de figures « inspirantes ».

Les dessins mis en avant pour ce Wall Project proposent une série animalière où l’animal dit « sauvage », pose en regard d’une forme géométrique. Une mise en page minimaliste qui n’autorise pas la dispersion, mais l’étude attentive de la figure animale traitée ici avec un soin du détail extrême, un travail minutieux de jeux d’ombre et de lumière. L’animal s’impose, magnifique, tout puissant. Antagoniste, la forme géométrique est tout aussi complexe dans son essence qu’elle est simple dans sa figuration, ne dissimulant pas la main qui l’a tracée.

« La géométrie est le langage graphique des mathématiques, qui est lui-même le langage universel de la science et de la physique. Les lois naturelles qui gouvernent le monde sont des lois mathématiques, et les mathématiques, tout comme la géométrie, existent au-delà de leur découverte par l'Homme, elles le précèdent ». S.P. La forme géométrique est ici métaphore d’une intelligence omnipotente, et la figure animale représente l’être humain, renouant ainsi avec sa filiation originelle, soit disant mise à distance au cours de l’évolution. L’homme, comme n’importe quelle espèce, ne semble pas prêter attention ou ni même pouvoir saisir cette opportunité. La figure humaine telle qu’elle apparaît parfois, symbolise les grandes figures intellectuelles de notre société, historiques, actuelles et à venir, et nos propres capacités à tous, synonymes de progrès, de recherche et de découverte, et à contrario synonyme aussi de notre propre déclin. L’homme, « animal intelligent », est un postulat que l’artiste critique. Chaque dessin « fonctionne un peu comme un rébus, où chaque élément a un sens particulier, plusieurs mots auxquels il fait référence, qui ensemble forment une sorte de phrase ». S.P.